Atelier d'écriture

L’atelier d’écriture est l’occasion de jouer avec les mots, de faire entendre sa voix, d’écouter celle des autres, de se découvrir. C’est avant tout une expérience ludique, le plaisir de réaliser quelque chose et de le partager. À chaque séance l’animatrice propose de nouvelles consignes, qui servent de point de départ à l’écriture. Cette règle du jeu, par son aspect contraignant, permet de libérer l’imagination. On n’est plus devant une inquiétante page blanche, mais devant une proposition d’écriture, qu’on pourra à son gré suivre de près ou subvertir discrètement. C’est ce qui fait tout le sel de la lecture des textes : on se rend compte que chaque participant a traité la consigne de façon personnelle, provoquant la surprise, le rire ou l’émotion. Les échanges, qui se font dans un esprit curieux et bienveillant, permettent à chacun de prendre du recul sur son propre texte.

Atelier n°10


Proposition n°1 : Cadavres exquis  


Premier modèle :
- Rends-moi mon…
- je te donnerai ton…

Deuxième modèle :
- Je veux tout savoir sur…
- mais je n’ai rien à dire sur…

Proposition 2 : Portrait cubiste 


Un personnage est évoqué par petites touches, de plusieurs points de vue subjectifs, par des gens qui le connaissent plus ou moins.


Proposition 3 : À partir de photos en noir et blanc

Quelques textes du 10e atelier


Cadavres exquis 


Rends-moi mon innocence
Je te donnerai deux balles de tennis.

Je veux tout savoir sur la reproduction des grenouilles
Mais je n'ai rien à dire sur la spiritualité des rhinocéros.

Rends-moi ma valise à roulettes, celle qui ne fait pas de bruit
Je te donnerai des carambars si tu es sage.

Je veux tout savoir sur la poule grise du fermier
Mais je n'ai rien à dire sur son sale caractère.

Rends-moi ma tapette à souris
Je te donnerai la maturité.

Je veux tout savoir sur la culture de l'artichaut
Mais je n'ai rien à dire sur la conception de ce plan machiavélique. 

Rends-moi ma tranche de saumon
Je te donnerai ta recette de saumon à l'unilatérale.

Je veux tout savoir sur la cueillette des fraises en Amazonie
Mais je n'ai rien à dire sur la candidature de Sarkozy.

Rends-moi mes chaussettes vertes
Je te donnerai un gros morceau de roquefort.

Je veux tout savoir sur la vie hors du système solaire
Mais je n'ai rien à dire sur ses actions. 

Rends-moi ma sucette à la fraise
Je te donnerai ta peau d'ours.

Je veux tout savoir sur ce politique
Mais je n'ai rien à dire sur ta façon d'élever tes enfants.


Portrait cubiste 


Lulu, c'est moi qui la connais le mieux. Je peux vous dire qu'elle est très chouette. Elle est un peu stricte au niveau des croquettes, elle dit que c'est pour mon bien parce que j'ai pris du bide. Mais elle est gentille. Elle me brosse, elle m'achète des souris en tissu, elle ne fait pas trop d'histoires quand je déchire le bas des rideaux. Ça fait trois ans qu'on est ensemble. Avant je vivais tout seul, derrière le G20. Mais un jour j'ai eu un accident, une voiture m'a écrasé une patte. Et là, comme une super Cat-woman, Lulu est arrivée et m'a sauvé la vie. Depuis on habite ensemble. Parfois quelqu'un essaie de s'installer avec nous, mais je m'en débarrasse facilement. 

Lulu, c'est la femme de ma vie. On est faites l'une pour l'autre. Elle le sait, je crois ; mais elle n'assume pas. Je suis sa première copine. Avant moi elle était avec un mec ; elle a mis deux ans à comprendre que ce n'et pas normal d'être aussi malheureuse. Le pauvre, il n'était pas plus mal qu'un autre. C'est Lulu qui n'était pas au bon endroit. Avec moi elle revit. J'aimerais bien qu'on s'installe ensemble. Mais elle préfère vivre seule dans son studio. Parfois je me dis qu'elle préfère son chat.

Lucille était une très jolie petite fille. Je lui mettais des robes à smocks, des chaussures vernies, tout le monde m'en faisait des compliments. Je lui ai donné la meilleure éducation possible. Elle joue de la harpe, elle fait du point de croix, elle ne jure pas. Une enfant parfaite. Je ne comprends pas ce qui s'est passé. Quand elle m'a annoncé qu'elle était lesbienne, j'ai fondu en larmes. Qu'est-ce que j'ai bien pu rater dans son éducation ? Et puis "lesbienne", quel horrible mot ! Je crois plutôt que cette horrible femme aux cheveux courts lui a embrouillé l'esprit. Le père Jacques me dit que ça passera. Je prie le ciel qu'il ait raison. Qu'on me rende ma Lucille ! 

Lulu, c'est la fille discrète. On bosse bien, on rigole pendant les pauses-café, mais elle ne sort pas trop le soir avec les collègues. On ne lui en veut pas, on voit qu'elle n'est pas à l'aise dans les bars. C'est son côté versaillais. Elle fait très bourge, le genre à porter des jupes à mi-mollet et à épouser un banquier. Mais en fait elle est toujours en jean et elle n'a pas d'alliance. Alors je ne sais pas. J'ai peut-être une chance. Lucille et Gérard, ça ferait un beau couple ! 

Vanessa

À partir de photos en noir et blanc





On apprend à les aimer, ces jardins parisiens, avec leur nature entièrement recréée, leurs allées sableuses, leurs marronniers disséminés de ci de là, leurs bosquets fleuris, leurs lacs artificiels, leurs faune de pigeons et de canards, leurs kiosques à musique, leurs chaises de métal vert, leurs buvettes et leurs fontaines, et puis toutes leurs attractions enfantines, des plus traditionnelles, comme les guignols ou les balançoires, aux plus absurdes, la calèche tirée par un minuscule poney qui chie partout, ou, pire encore, la carriole tirée par une autruche ; les enfants adorent, ce n'est pas tous les jours que les petits parisiens voient de près un animal aussi authentique. 
L'autruche, elle, avec son tout petit cerveau dans sa toute petite tête, ne pense qu'à une chose : manger la casquette de son guide. On a mis fin à l'attraction après que l'autruche a creusé un trou à coups de bec dans le crâne du pauvre homme. 

Vanessa